maintenance curative

Il faut dire que, malheureusement, la maintenance curative n’est pas en mesure de couvrir tous les risques. Nous trouvons, ainsi, une maintenance d’urgence, appelée maintenance curative. Cette dernière répond à un problème imprévu ayant pour but de limiter les arrêts complets et prolongés de l’activité.

Qu’est-ce que la maintenance curative ?

En industrie, la maintenance curative est fortement liée à la fin de vie d’une machine. En effet, on parle de maintenance industrielle curative quand un équipement tombe en panne et qu’il n’y a pas de possibilité de réparation. Généralement, on effectue ce type de maintenance lorsque la maintenance corrective et la maintenance préventive ont échoué.

Par exemple, si votre équipement a déjà subi une réparation et qu’il tombe à nouveau en panne, par la suite, sans possibilité d’assurer ses fonctions principales, il faut absolument le changer. Il faut savoir qu’en fonction de la machine dont il s’agit, le changement peut être intégral ou partiel.

De ce fait, nous pouvons dire que la maintenance industrielle curative s’effectue lorsque votre équipement est très endommagé, voire en fin de vie. Ayant un caractère prioritaire, elle permet, ainsi, à toute entreprise de limiter ou d’éviter les pertes lourdes dues au dysfonctionnement d’un matériel.

Soulignons qu’en termes de coût, ce type de maintenance est plus élevé, étant donné qu’elle n’est pas planifiée. De plus, elle est, très souvent, génératrice de stress et peut même causer l’insatisfaction du client qui ne sera pas livré dans les délais.

D’autre part, il est essentiel de bien faire la différence entre la maintenance corrective et la maintenance curative. En effet, sachez que la maintenance corrective consiste principalement à réparer provisoirement un équipement. Tandis que pour la maintenance curative, elle s’applique essentiellement quand un équipement est en panne et ne peut pas être réparé.

Il est possible qu’une maintenance curative s’effectue la maintenance corrective et la maintenance curative.

Les impacts et conséquences de la maintenance curative

Notons que la maintenance curative se place toujours en priorité face aux autres types de maintenance (préventive et corrective). En effet, ce type de maintenance entraîne, généralement, l’arrêt d’une partie de l’activité de la production. De ce fait, son coût est plus élevé, car elle n’est pas planifiée par avance. Le but principal de la maintenance curative est d’agir sur le long terme.

Pour simplifier la notion, elle n’a pas pour but de résoudre le problème, mais de comprendre son origine afin d’éviter que cela se reproduise.

D’ailleurs, une maintenance curative ne veut pas forcément dire une immobilisation sur le long terme. Si une carte mère ou un disque dur tombe en panne sur un serveur, le remplacement des composants pourra être rapide. En fait, les éléments clés résident dans :

  • L’identification du problème pour étudier et comprendre les causes de la rupture ou de la panne. De ce fait, il est important de se documenter et de partager les informations contextuelles pour éviter de perdre du temps. Ainsi, reprendre le bilan des techniciens qui sont intervenus juste avant sur des maintenances préventives ou correctives permet d’aller plus vite.
  • La bonne gestion d’un stock de pièces détachées dans le but d’éviter de patienter des jours, voire même, des semaines pour recevoir la bonne pièce. Cela permet d’accélérer les interventions de maintenance.
  • La capacité à mobiliser ou à faire appel à des techniciens expérimentés pour intervenir rapidement, que ce soit via une prestation extérieure ou au sein de votre équipe.

Quelles sont les opérations de maintenance curative ?

La maintenance curative entraîne une situation d’urgence pour les équipes et deux types d’opérations peuvent se réaliser: le dépannage ou la réparation.

Le dépannage (ou maintenance palliative)

Une opération de dépannage est en mesure de répondre à une solution provisoire qui permet de gagner du temps et de mieux contrôler les dépenses à venir pendant la réparation. Il n’existe pas de procédures particulières. Généralement, les tâches de dépannage sont de courte durée.

La réparation (ou maintenance corrective)

Pour la réparation, il s’agit d’une opération de maintenance définitive. Elle s’effectue soit immédiatement, soit à la suite d’un dépannage. La machine réparée doit retrouver ses performances de départ.

Comment accélérer la résolution des pannes ?

Pour rester performant, chaque entreprise doit avoir un système de maintenance curative qui impacte au minimum les cadences de production. Cependant, avant la phase de dépannage, l’une des problématiques clés est de déterminer rapidement et précisément l’origine de la panne afin d’y apporter une solution.

Les opérateurs en première ligne en cas d’arrêt de production

En industrie, les usines qui tournent à haute cadence peuvent fortement être impactées par des pannes inattendues entraînant l’arrêt un atelier entier pendant plusieurs jours, ce qui cause des coûts importants. Ici, le savoir-faire et l’expérience d’un technicien de maintenance jouent un rôle important dans la résolution de ces incidents. En effet, ils réduisent considérablement le temps nécessaire pour diagnostiquer et analyser les incidents et procéder à la réparation des pièces concernées.

Généralement, les techniciens de maintenance de l’usine ne sont pas toujours disponibles ou présents sur le terrain quand un incident de production survient. De ce fait, il est important de placer toujours les opérateurs et les chefs de ligne en premières lignes pour faire face à ce type de situation.

Des temps de résolution très variables selon les pannes rencontrées

Alors que plusieurs problèmes peuvent causer la panne d’une machine, il est souvent nécessaire de faire appel à l’expertise des équipes de maintenance pour la réalisation d’un diagnostic. Si aucune solution n’est pas trouvée en interne, il est important de recourir à une intervention, sur place ou à distance, de l’équipement. Cette intervention entraîne un délai supplémentaire pour la réparation.

De ce fait, comment améliorer l’autonomie des opérateurs afin qu’ils arrivent à résoudre  un incident inopiné sans recourir à une assistance tierce ? C’est simple, la solution réside à mettre en place un outil digital qui permet d’accélérer l’exécution de procédures de maintenance corrective, et ce, en aidant les équipes sur le terrain dès l’apparition de la panne.

Une maintenance curative connectée pour renforcer l’autonomie des équipes terrain

La mise en place d’un outil de maintenance curative digital s’appuie principalement sur une phase d’expression des problèmes rencontrés qui mettent en évidence les défauts des machines (impact, périodicité, signaux préalables, etc.). Ce travail s’effectue en collaboration avec les différents experts en maintenance de l’industrie. Cela permet, ainsi, la définition d’un référentiel digital des pannes.

De ce fait, les défaillances les plus critiques sont classées selon l’expérience terrain ou bien des données disponibles enregistrées. Par la suite, leurs comportements sont étudiés en fonction de la méthode des « causes racines » (également appelée « méthode des 5 pourquoi »).

La consolidation de cette intelligence collective apporte un surcroît de compétences aux techniciens de maintenance afin qu’ils puissent remettre le bon fonctionnement des équipements plus rapidement.

GMAO et gestion de la maintenance curative

Idéalement, il est essentiel qu’une maintenance ne soit pas uniquement curative. Il faut dire que la solution GMAO s’avère être la meilleure alternative pour réaliser l’objectif d’un service de maintenance industrielle qui est, avant tout, de réduire au maximum la maintenance curative et éviter les pannes. De plus, le GMAO est également utile pour les différentes opérations curatives. Grâce à l’historique des interventions ainsi que la traçabilité, les techniciens pourront avoir un suivi détaillé du comportement de la machine.

Une bonne analyse permet de gagner du temps pendant une opération de maintenance quelle qu’elle soit.

D’autre part, il faut savoir que les procédures peuvent être introduites dans la GMAO, et ce, de la tâche la plus simple à la plus complexe.

Nous pouvons, ainsi, dire, plus cette solution dispose des bonnes informations, plus la maintenance est à la fois facile et efficace.