3 choses à faire pour améliorer la sécurité des opérateurs

Toute activité professionnelle comporte une part de risque. Le monde de l’industrie ne fait pas exception ; les opérateurs évoluent au milieu d’équipements parfois lourds, volumineux, puissants, et parfois en présence de substances potentiellement dangereuses. Les industriels se doivent donc de fournir à leurs équipes des conditions de sécurité optimales, car il en va autant de la santé des travailleurs que des performances de l’entreprise, ainsi que de son image.

Pour assure la sécurité au travail, il est essentiel de travailler sur trois aspects : l’identification et l’analyse des risques, la mise en place des bonnes pratiques et la sensibilisation du personnel auxdits risques.

Évaluer et analyser les risques

D’après les statistiques de l’Organisation Internationale du Travail, 2,3 millions de personnes perdent la vie des suites des accidents du travail ou d’une maladie professionnelle chaque année dans le monde. La sécurité des travailleurs est l’un des enjeux majeurs auxquels l’industrie est confrontée et pour lequel il est vital d’apporter des solutions efficaces et durables et assurer le bien-être au travail.

Avant de mettre en place un plan d’action pour la sécurité en entreprise industrielle, il est nécessaire de faire un travail d’évaluation et de gestion des risques professionnels pour que les mesures élaborées par la suite répondent véritablement aux différentes situations d’alerte susceptibles de survenir.

L’identification des risques est une tâche de longue haleine et multidisciplinaire, faisant intervenir une variété de protagonistes, entre spécialistes de la sécurité du travail et responsables des services et départements concernés par ces mesures. Elle implique une parfaite connaissance des processus, des spécificités des postes et de leurs exigences.

Prévention des risques professionnels

Une l’identification et l’évaluation des risques effectués avec précision, les responsables peuvent passer à l’étape de la mise en œuvre des mesures de prévention et des bonnes pratiques de sécurité.

Il s’agit de définir les actions à mener, de répartir les rôles et les responsabilités et de déployer l’ensemble des moyens techniques et matériels nécessaires à la sécurité des opérateurs.

Cela comprend la mise en place des panneaux, pictogrammes et autres éléments de signalisation de sécurité conformes aux normes (Voir le Management Visuel), les comportements à avoir en cas d’accident, la coordination entre les différents services et les équipements de sécurité. Les EPI (équipements de protection individuelle : casques, bouchons d’oreilles, gilets à haute visibilité, gants, masques, lunettes protectrices…), justement, font l’objet d’une attention particulière et bénéficient d’ailleurs des progrès technologiques, notamment ceux du numérique et du connecté. On peut ainsi citer le projet « Opérateur connecté », porté conjointement par Bouygues Construction, Suez, Air Liquide et la direction de la recherche technique du CEA. Il comprend, entre autres, le développement d’un manchon connecté guidant et informant l’ouvrier en temps réel, un gilet intelligent capable d’analyser la qualité de l’air respiré par le collaborateur, des lunettes de protection munies d’une mini-caméra et affichant des pictogrammes d’alerte, ou encore des chaussures dotées de la géolocalisation.

Sensibiliser et impliquer le personnel

Le port des EPI et des nouveaux outils connectés mis au point dans ce domaine promettent une amélioration de la sécurité des opérateurs. Néanmoins, toutes ces technologies ne valent pas grand-chose si elles ne s’accompagnent pas des formations adéquates pour garantir leur bonne utilisation, ainsi que de l’implication du personnel.

Il est crucial de responsabiliser l’opérateur sur les risques liés à leurs lieux de travail, ainsi qu’aux moyens de les prévenir et d’y réagir. Diffuser le respect des consignes de travail et de sécurité au sein du personnel est une obligation pour toute entreprise, qui s’évite ainsi les répercussions négatives que peuvent avoir les incidents sur ses performances, sur le moral de ses employés et sur son image. Consultez également notre article sur : Établir des procédures de sécurité.

Quoi qu’il en soit, les exigences liées à protection du personnel sont constamment revues à la hausse pour permettre une réduction continue des risques liés au travail. L’ISO élabore actuellement une nouvelle norme, intitulée ISO 45001, visant à améliorer les systèmes de management de la sécurité et de la santé au travail. Sa publication est prévue pour le mois de février 2018.

À propos de Picomto

Aujourd’hui, l’industrie est liée à une problématique forte qu’est la transmission du savoir. La formalisation et le partage de la connaissance dans une industrie est capitale pour son présent et son futur. Pyramide des âges, bonnes pratiques, obligation de suivre des procédures précises, etc…

Picomto est né de ce constat et propose la solution pour capturer et diffuser le savoir faire de l’industrie.

La solution logicielle web et mobile pour créer, gérer, partager, consulter et analyser les instructions visuelles de travail.

Vous avez un projet de digitalisation de procédures de sécurité ? Contactez-nous !

 

ebook2