Facteur humain dans l’industrie pharmaceutique : comment le diminuer ?

Les déviations représentent dans l’industrie pharmaceutique l’une des principales causes de pertes de bénéfices. Etant à fort risque, les non-conformités ne sont pas tolérées et nécessitent donc d’être corrigées. Ceci inflige des pertes du chiffre d’affaires à l’entreprise. Dans ce contexte, les erreurs humaines représentent la fraction majoritaire de l’ensemble des erreurs et des dysfonctionnements. En d’autres termes, le facteur humain est le principal facteur d’occurrence des erreurs. Découvrons les détails !

Qu’est-ce que le facteur humain ?

Est considéré comme facteur humain, toute contribution humaine dans l’avènement d’un incident. Il peut s’agir de comportements, de capacités, de personnalités, de compétences, etc. Le savoir-faire, les aptitudes de communication et de travail de groupe, le savoir, l’état physique et mental, etc. sont tous des facteurs humains qui peuvent avoir des conséquences sur le travail dans l’usine.

Le facteur humain ne comporte donc pas que les compétences techniques, mais d’autres capacités non techniques qui influent le travail d’équipe et le fonctionnement de la chaine de production.

Impact du facteur humain

Le facteur humain représente l’une des principales causes de déviations et d’augmentation des coûts de production.

En fait, les erreurs humaines peuvent causer des non-conformités qui nécessitent d’investir du temps et des ressources humaines ainsi que matérielles pour les corriger. En fait, les retours peuvent rapidement augmenter le coût de production surtout lorsqu’il s’agisse des grandes quantités ou des manœuvres compliquées.

Les déviations sont donc considérées comme des sources de surcoût et de retard de livraison qui peuvent coûter cher à l’entreprise dans un milieu hautement concurrentiel comme le milieu pharmaceutique.

C’est pour cette raison qu’il faut chercher à identifier et à diminuer le facteur humain afin de renforcer la compétitivité de l’entreprise et solidifier les équipes faces aux erreurs.

L’opérateur au centre des manœuvres

Au contraire de ce que l’on puisse imaginer, l’industrie 4.0 cherche à placer l’opérateur au centre des manœuvres. Le secteur pharmaceutique n’échappe pas à cette mutation qui cherche à transformer le milieu de travail en une usine connectée où les opérateurs échangent constamment entre eux et avec les machines.

Détenant un rôle majeur dans l’industrie pharmaceutique 4.0, le rôle de l’opérateur devient de plus en plus important. Ainsi, le facteur humain est de plus en plus présent dans les usines du futur. Avec cette présence, les risques d’incidents ou de fautes humaines devient de plus en plus conséquent nécessitant des précautions plus importantes.

C’est dans l’intérêt de tout le monde de diminuer le facteur humain permettant aux opérateurs de travailler plus efficacement, d’être plus productifs et à l’entreprise d’être plus rentable.

Comment le diminuer et éliminer les déviations ?

Diminuer le facteur humain se traduit par la diminution du risque des déviations qui coûtent cher à l’entreprise. C’est donc dans l’intérêt de toute entreprise intervenant dans le secteur de la production pharmaceutique de chercher à mettre en place les solutions qui diminuent le facteur humain et les risques qui en découlent.

La digitalisation de la documentation

Digitaliser la documentation industrielle se traduit par la transformation des documents en papier en des documents digitaux interactifs. Qu’il s’agisse de documents de formation, d’instruction de travail, de modes opératoires ou de formulaires, le passage vers le format digital diminue le facteur humain qui découle des mauvaises interprétations, de l’application des mauvaises instructions, de l’endommagement ou des mauvaises manipulations.

L’utilisation d’une solution de digitalisation de la documentation qui utilise le cloud pour le stockage des données est la meilleure solution pour les entreprises qui souhaitent améliorer les performances de leurs opérateurs en diminuant le facteur humain.

Demandez votre démo

L’utilisation des documents clairs

Utiliser des documents clairs pour la formation ou comme des instructions de travail permet d’éliminer le risque des mauvaises interprétations ou de mécompréhension. En fait, dans les meilleurs des cas, il faut utiliser des images annotées et des schémas qui sont beaucoup plus assimilables par les opérateurs.

Assurer une bonne formation

La bonne formation des opérateurs est la clé de succès pour les entreprises industrielles. Il faut donc privilégier des supports de formation interactifs et testés dans des conditions réelles. Dans l’idéal, l’utilisation des casques de réalité augmentée permet de faciliter l’assimilation de la formation par l’opérateur et lui permet également de tester ses connaissances dans des conditions réelles de production.

Favoriser la communication et le partage des connaissances

La communication est primordiale au sein des usines. Pour intégrer de nouveaux postes ou pour réaliser de nouvelles tâches, les opérateurs nécessitent une période d’adaptation au cours de laquelle il faut privilégier la communication pour éviter les déviations sans pour autant arrêter la production ou déranger l’avancée de la chaine.

Le partage des connaissances entre les différents opérateurs permet d’assurer la montée en compétences de toute l’équipe. C’est pour cela qu’il faut mettre en place les solutions technologiques adéquates pour faciliter et encourager la conservation et le partage du savoir.

L’accessibilité de l’information

Lorsqu’un opérateur se trouve dans une situation où il a besoin de consulter les instructions de travail, ces dernières doivent être immédiatement accessibles pour diminuer le risque de retard ou de déplacements évitables.

L’utilisation des instructions de travail digitales et des solutions technologiques telles que les lunettes connectées, les tablettes ou les casques de réalité augmentée permet de faciliter l’accès à l’information diminuant ainsi le facteur humain.

Utiliser une solution dédiée à cet usage

Le facteur humain est l’un des principaux facteurs de risques de déviation et de non-conformité dans les usines pharmaceutiques. C’est pour cette raison que les industriels doivent incorporer des solutions permettant de réduire ce risque. La digitalisation des documents industriels et l’utilisation des solutions technologiques pour faciliter l’accès à l’information est la meilleure solution pour réduire le facteur humain. De cette manière, les opérateurs ont un accès immédiat à des informations précises et à jour leur permettant de bien effectuer leurs tâches.

Picomto propose une solution logicielle et technologique permettant aux industriels du secteur pharmaceutique de donner la bonne information claire, compréhensible et à jour à la bonne personne et au bon moment permettant de diminuer toutes les erreurs d’interprétation et les facteurs humains pour ainsi éliminer les déviations et les retours.

Demandez une démo personnalisée