Comment l'industrie 4.0 forme-t-elle la main-d'œuvre de demain ?

La quatrième révolution industrielle vise à pousser le secteur industriel à muter vers l’usine connectée où les humains et les machines collaborent tout au long des lignes de production 4.0. Il s’agit d’une véritable révolution dans l’industrie que les dirigeants d’entreprise de taille plus petite, start-up, PME ou ETI doivent mettre en place pour leur projet de transformation numérique. Tout cela est dans le but d’assure la satisfaction de leurs clients

Pour accompagner cette transformation industrielle, l’industrie 4.0 se présente comme le nouveau système à mettre en place. Cela permet de répondre aux nouvelles exigences et nouveaux modèles économiques tout en conservant des coûts moindres. Les différents outils industriels de la transformation digitale permettent ainsi de résoudre les problématiques industrielles.

La digitalisation de l’industrie de demain nécessite la réhabilitation de l’infrastructure et l’invention de nouvelles méthodes et procédés impliquant les nouvelles technologies de l’information et d’autres outils numériques innovants et intelligents comme la réalité virtuelle.

Soulignons que la stratégie industrielle se trouve au cœur de l’outil productif industriel dans l’usine industrielle.
Pour que tout cela puisse être réalisé, la formation de la main-d’œuvre et l’implémentation de la culture digitale est un passage obligatoire pour réaliser les enjeux de l’industrie nouvelle. On peut ici se demander sur le futur de la main-d’œuvre humaine (les acteurs de l’industrie) à l’ère de la transformation numérique et technologique.

Notons également, que pour toute industrie, l’enjeu de la cybersécurité est très important dans une stratégie d’adoption du modèle « industrie du futur ».

  • Quel est donc l’avenir de la main-d’œuvre du futur dans les industries du numérique ?
  • Comment réinventer les postes de demain ?
  • Comment adapter les formations aux nouvelles technologies ?

Quel est l’avenir de la main-d’œuvre de l’industrie 4.0 ?

Notons, tout d’abord, que l’industrie 4.0, appelé également quatrième révolution industrielle ou encore smart factory,  s’introduit dans l’ère du numérique. Nous pouvons même dire qu’il s’agit d’une nouvelle manière de gérer les opérations, et ce, en utilisant les nouvelles technologies.

Appréhender les transformations technologiques, les innovations et la transition numérique nécessite sans doute une main-d’œuvre plus qualifiée et plus formée aux technologies numériques. Ainsi, l’un des plus grands enjeux et leviers de la transformation digitale serait de former leur main-d’œuvre . En effet, cela permet de pouvoir suivre le courant de l’avancée de l’écosystème. Aussi, cela permet d’améliorer la productivité et la compétitivité des usines intelligentes dans tous les secteurs activités (industrie agroalimentaire, aéronautique, automobile, etc.).

Bien que la robotisation et la digitalisation des procédés et des systèmes de production permettent d’optimiser la performance industriellel’humain reste l’un des piliers de l’industrie numérique du futur et doit accompagner cette révolution industrielle. En fait, le succès de cette mutation vers les usines du futur repose sur la capacité des humains à réaliser un travail collaboratif et une interaction interagir avec les technologies et les objets connectés mis à leur disposition. C’est pour cette raison que la R et D serait d’une grande importance, car l’innovation digitale avance suivant un rythme accru. Elle nécessite également  d’être toujours à jour en ce qui concerne les nouveaux outils digitaux  et nouveaux usages, la numérisation de la chaîne de valeur ainsi que la collecte et l’exploitation du big data dans la digital factory.

Etude de cas - Benexia

Industrie et technologie : comment réinventer les postes de demain ?

Il est évident que cette nouvelle révolution numérique présente de nombreuses répercussions sur le monde de travail, le marché d’emploi et l’expérience-client.

Afin de relever les défis industriels, l’usine digitale ne cesse de réinventer les métiers. Ainsi, la main-d’œuvre devrait suivre cette évolution et acquérir de nouvelles compétences pour pouvoir interagir avec les systèmes de robotique ou de réalité augmentée mis en place et exploiter les données produites tout au long de la chaîne de production afin d’alimenter le processus de l’amélioration continue et assurer la traçabilité de l’information et une certaine continuité numérique.

Les données industrielles collectées seront exploitées pour aider les techniciens de maintenance prédictive à planifier les interventions ainsi que pour consulter l’historique des pannes de chaque machine. Toutes les données sont remontées et pilotées par les décideurs qui planifient leurs processus de Lean management.

De nouvelles compétences requises

Dans le cadre de cette nouvelle révolution industrielle (usine extraordinaire), la transformation du travail (processus de fabrication) implique la transformation de la manière à l’effectuer. Ainsi, le plus grand défi de la main-d’œuvre du futur est la formation. Voici quelques compétences indispensables dans les usines industrielles :

    • L’innovation
    • La fabrication additive (pour une entreprise plus agile et plus réactive)
    • La capacité à résoudre des problèmes beaucoup plus complexes
    • La collecte et l’analyse des données (connectivité et internet industriel)
    • La sécurité de l’information (cyber-sécurité)
    • L’automatisation de l’outil de production
    • La flexibilité dans l’exécution des tâches

De nouvelles expertises nécessaires

Ces grands changements qui touchent les entreprises industrielles ont inventé de nouveaux métiers et de nouveaux services. Ils permettent aux humains d’interagir avec la technologie pour optimiser les modes de production. Voici donc quelques expertises indispensables pour suivre l’évolution des choses dans les sites de production :

  • L’IoT : l’internet des objets
  • Data science : la science des données
  • La programmation
  • IA : l’intelligence artificielle ainsi que le machine learning (machine plus intelligente)

Adapter les formations aux nouvelles technologies

Pour survivre et évoluer dans ce milieu connecté, les industriels sont affrontés au challenge de l’adaptation de la formation aux nouvelles technologies.

Ainsi, dans cette nouvelle industrie, pour former une main-d’œuvre connectée dans l’usine numérique, de nombreux partenaires sont impliqués : des startups, des incubateurs collaboratifs, des universités, etc. Des compétences externes sont donc impliquées dans cette approche R&D participative.

Parce que l’humain reste le principal élément de réussite de cette mutation vers l’industrie du futur, les industriels doivent cependant respecter certaines normes et réglementations sans oublier le Code du travail.

Obtenez l'e-book gratuit sur les 5 étapes à suivre pour réussir votre projet industriel

Faire monter les opérationnels en compétences

Dans l’usine du futur, les opérationnels sont également touchés par cette mutation. Les opérateurs et techniciens, devenant plus autonomes, auront eux aussi à monter en compétence au travers des nouvelles technologies, les nouveaux processus de production et machines connectées. Pour ce faire, l’utilisation de solutions d’instructions de travail digitales est adéquate, car elle permet de faire monter en compétence les collaborateurs sur des supports déjà utilisées en production, maintenance et/ou qualité.

Chez Picomto, nous développons notre solution d’instructions de travail digitales pour répondre à divers cas d’usages et vous aider à transformer l’industrie française : Instructions de travail au poste, accessibilité des instructions en mobilité, montée en compétences des nouveaux arrivants etc. Vous voulez en savoir plus sur nos cas d’usages ? N’hésitez pas à contacter nos experts.