L'innovation au service de la maintenance industrielle

Dans l’industrie, robots, les équipements industriels et logiciels font désormais partie du paysage et continuent de modifier profondément les lieux de production. Ces nouveaux outils, toujours plus perfectionnés, redéfinissent autant l’environnement de travail que la manière, pour les employés, de remplir leurs missions, dont celles relevant de la maintenance des équipements (corrective, préventive et curative). La surveillance des machines et des infrastructures, ainsi que leur maintien en état de fonctionnement optimal sont les grands bénéficiaires des innovations technologiques, comme celles liées à l’internet des objets (IOT).

Surveiller à distance

S’il est une possibilité qu’offrent les nouvelles technologies et que bon nombre d’intervenants de l’industrie (pneumatique, électrotechnique, hydraulique, aéronautique, électromécanique, etc.) apprécient tout particulièrement, c’est bien le fait de pouvoir être informé de l’état des moyens de production et de leurs performances sans avoir à être présent sur site.

Grâce aux solutions proposées par des start-up et des entreprises spécialisées, on peut disposer, sur un terminal (PC portable, tablette ou même smartphone) connecté à Internet, de données précises sur la « santé » des équipements et sur leur rendement, mais aussi recevoir directement une alerte en cas de dysfonctionnement détecté ou de pannes. Le tout, en se trouvant loin du lieu de production et en ayant toute la latitude de régler un certain nombre de paramètres, comme les seuils d’alerte, par exemple.

De cette manière, il est possible de réagir rapidement en contactant les équipes de maintenance, en leur transmettant les informations recueillies pour faciliter leur travail et leur faire gagner du temps. Ce qui a pour conséquence de réduire sensiblement les temps d’immobilisation des machines et, donc, d’atténuer l’impact de ces arrêts sur la production de l’entreprise.

Industrie et technologie : un accompagnement lors des interventions

Les innovations technologiques fournissent des moyens améliorés pour l’accompagnement à l’intervention lorsqu’une opération de maintenance est à effectuer.

Télécharger notre ebook sur pourquoi passer aux instructions de travail digitales

Les informations relatives à la machine et les procédures à suivre pour remédier aux différents types de défaillances pouvant survenir sont directement consultables sur des supports numériques, qui ont le triple avantage d’être moins encombrants, plus pratiques (l’accès à une information donnée est facilité) et plus complets (grandes capacités de stockage).

Tout savoir sur le TPM (Maintenance Productive Totale) ? Consultez notre article.

De ce fait, le technicien de maintenance industrielle ou le chef d’équipe appelé à intervenir gagnent en efficacité et en rapidité pour, là encore, remettre rapidement les moyens de production à la disposition des opérateurs.

Certains concepteurs vont encore plus loin dans cette logique de la maintenance 4.0développant notamment des instructions de travail visuelles sur différents supports. Ces gadgets high-tech, à l’instar des modèles Polm Studio, XSED ou GRDF, permettent au personnel sur le terrain d’échanger des informations en temps réel avec des experts géographiquement éloignés, de faire profiter ces derniers de la vision partagée pour qu’ils puissent voir la scène et guider les opérateurs lors du dépannage. Sans oublier que les collaborateurs qui sont directement au contact des machines peuvent, grâce à ses instructions de travail visuelles, travailler avec des nouveaux supports. Ces solutions sont soit actuellement testées dans des entreprises, soit déjà pleinement mises en œuvre.

Des outils pour mieux prédire les défaillances

Sur le plan de la maintenance préventive, on peut considérer, là aussi, que l’innovation industrielle permet de réaliser des progrès considérables en termes d’efficacité et d’optimisation des capacités productives.

Les composants centraux des nouvelles générations de systèmes de surveillance des machines demeurent les capteurs, qui enregistrent des données vitales. Celles-ci sont ensuite traitées, analysées et mises en rapport avec des valeurs-références, comme le seuil de rupture d’un équipement (par exemple, un nombre d’heures au-delà duquel une machine risque d’être endommagée ou de devenir moins performante). Le volet logiciel de ce type de dispositif se charge ensuite de prévenir les utilisateurs que la machine se rapproche d’une éventuelle panne ou défaillance et doit donc faire l’objet d’une opération de maintenance des systèmes dans les plus brefs délais.

Cela permet de planifier les interventions longtemps à l’avance et d’organiser plus efficacement les tournées des équipes de maintenance des installations.

L’industrie du futur et le service de maintenance sont, cela ne fait aucun doute, appelées à devenir de plus en plus connectées.

À propos de Picomto

Picomto s’inscrit dans la digitalisation des opérations de maintenance en proposant sa solution pour créer, gérer, partager, consulter et analyser des procédures de gestion de la maintenance visuelles. Contactez-nous !

Etude de cas - Benexia